Optimisation SEO d'une page web : les points essentiels à vérifier

 

 

Optimisation SEO d'une page web : les points essentiels à vérifier

 

 

Tous les chiffres les plus récents le montrent : le contenu reste roi pour assurer un bon référencement naturel (SEO) à votre site web. Optimiser les pages de votre site, c’est donc veiller à la qualité de son contenu, et appliquer quelques règles simples pour le mettre en valeur auprès des moteurs de recherche. Dans cet article, je vais partager avec vous toutes les astuces à appliquer lors de la création d’une page web pour mettre toutes les chances de votre côté d’obtenir un bon positionnement dans les pages de résultats des moteurs de recherches.

C’est parti ?

 

Introduction : le SEO, une affaire de texte et de mots-clés !

Même si ce qui apparaît devant vous est une belle page faite de textes et de jolies couleurs, derrière l’écran se cache en réalité des tonnes de langages un peu étranges (HTML, CSS…). Vous ne me croyez pas ? Faites un clic droit avec votre souris et cliquez sur « Code source de la page », pour voir !

Ce code est à l’origine de ce qui danse sous vos yeux. Et les « spiders », ces redoutables robots d’indexation qui se baladent incessement jours et nuits sur les pages web du monde entier pour les indexer dans la base de données des moteurs de recherche, eux, ne voient que la version texte, complètement épurée, de votre page, à partir de ce code.

Vous ne me croyez toujours pas ? Amusez-vous à faire une recherche sur Google, réalisez un clic sur la petite flèche très discrète à droite du nom de domaine,  et sélectionnez « En cache », comme ceci :

 

 

La site web apparaîtra devant vous, avec une grande fenêtre tout en haut. Si vous sélectionnez « Texte seul », vous découvrirez… Ce que ces robots voient réellement de votre page. Et oui ! Les couleurs et le design, c’est pour les humains qui visitent vos pages. Google, ou Qwant, n’ont que faire de vos artifices : c’est ce qu’ils voient de votre contenu textuel, et de votre code HTML qui comptera pour votre positionnement dans les pages de résultats.

A retenir donc : optimiser votre page web, c’est optimiser votre texte et vos mots-clés soigneusement choisis lors de la rédaction de votre contenu. L’optimisation on-page, c’est donc avant tout une affaire de mots-clés, ne l’oubliez pas !

1. Balises Title, Balises H1, H2, H3… parlez-vous le balise ?

Première étape : structurez votre texte pour qu’il puisse être le plus compréhensible possible par les robots d’indexation ! Et pour le structurer, « balisez » le ! Les balises sont des éléments de code HTML qui sont, en quelque sorte, des « niveaux de titres » qui mettent clairement en valeur votre texte et vos mots-clés à des endroits stratégiques.

La plus importante : la balise H1. C’est le titre de votre page. Il ne doit en avoir qu’un seul et unique. Evidemment, il doit être explicite sur le contenu de votre page, et c’est une occasion en or de placer vos mots-clés essentiels. Dans WordPress, c’est le « Titre 1 ». Donc ne l’utilisez pas dans votre éditeur de texte… puisque le titre de votre page renseigné est déjà en H1 !

La balise « Title », quant à elle, représente le titre de votre page qui apparaît sur les moteurs de recherche. Elle apparaît dans l’onglet de votre page… Elle peut être différente de la balise H1 vous l’avez compris, mais attention, restez cohérents !

 

 

Dans cette logique de « niveaux de titres », on retrouve ensuite le H2, H3, H4, H5 et H6. (Pour info, le « H » signifie « Head »).  Ces autres balises doivent être placées de manière stratégique. Ils doivent permettre aux spiders de comprendre votre contenu et les thèmes abordés très rapidement. Placey-y vos mots-clés, mais soyez logiques ! Typiquement, mettre une balise « H2 » sur « Nos partenaires » ne sert à rien en SEO !

Attention, ne choisissez pas vos balises en fonction de leur design ! Si vous utilisez un CMS comme WordPress, les balises Hn (H2, H3…) ont des styles design prédéfins personnalisés par le thème installé. Modifiez ce style dans les fichiers CMS du thème s’il le faut, mais ne faîtes pas l’erreur de les utiliser pour leurs apparences, l’impact SEO est important !

2 – Une URL propre et optimisée !

Maintenant que vous avez structuré votre contenu avec les balises, une chose importante à faire est … l’optimisation de votre URL !  Et oui, l’URL de votre page web n’est pas une fatalité ! Vous pouvez la personnaliser, et la mettre en valeur pour les moteurs de recherche.

Première étape : éliminez les mots inutiles, comme « le », « et » et tout mots de liaison, ces mots « vides » qui n’aident pas plus à la compréhension du sujet de votre page web, tout comme la ponctuation. Deuxième étape : ajoutez des mots clés pertinents, en restant fidèle au titre H1 de votre page, en évitant bien sûr la sur-optimisation ! Enfin : utilisez des tirets simples pour une meilleure visibilité.

Ces quelques règles simples sont déjà plutôt pas mal. Veillez également à ce que vos URLs ne soient pas trop longues : d’ailleurs, privilégiez les URLs courtes qui ne reprennent pas absolument tout le fil d’ariane de vorte site dans l’adresse (https://www.nomdedomaine/page1/categorie1/sous-categorie4/sous-sous-categorie12/produit/titre-du-produit-tres-long) Ce genre d’adresse plutôt exotiques font demander à l’internaute dans quel puits virtuel il est tombé.

Ces aspects sont par exemple totalement personnalisables dans les réglages de WordPress :

 

3 – Métadescriptions : le résumé de votre page web

Récapitulons : vous avez un bon texte déjà tout prêt, il est intégré dans une page web, structuré en balises avec de bons titres et sous-titres, et une URL propre. Que pouvons-nous encore faire pour optimiser votre page web ?

Rédiger votre métadescription ! Il s’agit du résumé de votre page qui apparaît dans les pages de résultats :

 

Soyons clair, la métadescription ne permet pas d’influencer directement le positionnement de votre page. Cependant, d’après les dernières études 2020 de la société Ignite Visibility, plus de 62% des internautes affirment que la métadescription reste un élément crucial du référencement car il représente le facteur qui a le plus d’impact sur leur décision de cliquer sur un résultat. Important tout de même, donc !

Renseignez donc vos métadescriptions avec rigueur : d’une moyenne de 160 mots, ils doivent convaincre de cliquer !

4 – Les images : noms, poids, attributs ALT et Title

Ah, les images… Un point souvent négligé, dont la force SEO reste méconnue aussi !

Comment optimiser vos images ? Premièrement, en considérant que votre page web doit être, dans son sensemble, la plus « légère » possible pour assurer une vitesse de chargement décente pour vos utilisateurs. Déjà parce que cela est désagréable d’attendre qu’une page web se charge (la plupart s’en vont au-delà des 3, 4 secondes…) et que cette rapidité de chargement est un critière SEO important pour les moteurs de recherches ! Redimensionnez-les, avec une taille et un poids acceptable (votre page ne devrait pas dépasser le 1G), en adaptant le format à l’image (JPG…)

Deuxièmement, renommez-les ! Ces informations sont lues par les moteurs de recherches, alors ne perdez pas d’occasion de placer vos précieux mots-clés. Troisièmement, après importation, renseignez leurs attributs ALT et Title :

 

Exemple de personnalisation des attributs ALT et Title dans WordPress

 

Explication : les attributs ALT font référence à une alternative (ALT) de texte. Si l’image ne peut pas être affichée pour n’importe quelle raison, le texte de l’attribut ALT intégré apparaîtra. Les moteurs de recherche utilise cet attribut pour reconnaître le contenu des images, car les fichiers images ne sont normalement pas directement lus. L’attribut Title, quant à lui, présente à l’utilisateur des informations au sujet de l’image après un léger décalage, quand on passe le curseur sur l’image (ce qu’on appelle en anglais le mouse-over).

Il s’agit donc d’éléments d’accessibilité pouvant être optimisés pour le référencement. Comme tous quatre astuces précédentes, vous avez pu remarquer que l’optimisation SEO de votre page web ne demande rien de très complexe… mais comme bien souvent, le diable se cache dans les détails !

Soyez minutieux, patients et déterminés !

5 – Faites des liens internes !

Balises, URL, métadescriptions… agissez désormais directement sur le contenu éditorial de votre page web en insérant des liens vers d’autres pages de votre site web !

Les pages d’un site web n’ont pas vocation à être isolées les unes des autres, comme si elles n’avaient aucun rapport entre elles. Votre site web doit être pensé comme un ensemble cohérent, où chaque page donne envie à l’utilisateur de rebondir sur une autre page de votre site, mais surtout pas d’en sortir ! 😉

 

L’exemple de l’outil « insertion de liens » de WordPress

 

La raison SEO est simple : il s’agit ici de la fameuse notion de réputation ! Lorsqu’ils crawlent votre page, les robots d’indexation se baladent tranquillement de liens en liens. Après avoir « scanné » tout le contenu de votre page, il continuera sur une autre page de votre site … Si vous le lui avais indiqué !

Insérer un lien sur un mot-clé précis renforcera le référencement de la page. L’insérer sur le mot « ici » comme dans « cliquer ici » est donc absurde. Si le mot-clé principal de votre page est « assurance-vie », écrivez « Découvrez nos assurances-vie ». La page contenant ce lien sera mieux référencée pour ce mot-clé. La page pointée par le lien aussi !

Marion Gueydan

Marion Gueydan

Webmaster & Rédactrice web SEO Freelance

Spécialisée dans la conception de sites web WordPress, mais aussi la création de contenus optimisés SEO, j’ai créé mon auto-entreprise en 2017 avec toute la passion qui m’anime. Aujourd’hui, j’accompagne des clients très variés dans leur présence digitale, pour qu’ils se démarquent toujours plus sur les réseaux.
N’hésitez pas à me contacter !